Controversée

Les médecins ont peur de signaler les NOP!

Les médecins ont peur de signaler les NOP!



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Hier (15 septembre à 10 heures), au Sejm, il y avait eu un débat sur "Le devoir de vacciner en Pologne?", Lequel a rencontré la représentation de l'Association nationale de la connaissance sur la vaccination Stop NOP, des parents d'enfants blessés suite aux vaccinations et des représentants des autorités (Directeur de l'Institut national du médicament, Chef Inspecteur sanitaire, Directeur du Département de la mère et de l’enfant, députés au Sejm). Des docteurs, des scientifiques et des professeurs ont également participé aux débats. Le débat portait sur la légitimité des vaccinations obligatoires, mais la portée des sujets abordés était beaucoup plus large - entre autres, les personnes invitées ont partagé leur expérience en matière de limitation des possibilités de signalement des réactions indésirables à la vaccination, informations inexactes fournies au public concernant les NOP, incompétence des médecins, intimidation, etc. se moquer des préoccupations des patients et de l'absence de tout soutien après les problèmes de santé des enfants.

Justyna Socha de l'Association et les médecins réunis ont attiré l'attention sur toxicité vaccinale, l'utilisation d'ingrédients controversés dans leur composition, le danger de vacciner les jeunes enfants (nouveau-nés - qui ne savent pas s'ils sont en bonne santé), la vaccination des prématurés et de tous les enfants, y compris ceux qui viennent de subir une infection. Les représentants de l’Association ont souligné que le nombre de vaccins a considérablement augmenté au fil des ans, le nombre de contre-indications pour effectuer une intervention médicale a diminué, le problème avec les informations peu fiables fournies aux jeunes parents a augmenté.

Pendant ce temps, dans de nombreux pays de l'Union européenne les vaccinations sont volontaires, les plus jeunes enfants ne sont pas vaccinés dès les premiers jours de la vie, que plus tard quand les médecins ont plus d'informations sur l'état de santé du nourrisson, tous les enfants atteints d'hépatite B et de BCG ne sont pas vaccinés, Par exemple, seules les mères dont la mère est malade et risquent de transmettre l’infection au nourrisson. Il existe également d'autres types de doutes - les médecins soulignent que il n'y a pas de recherche sur la réponse du système immunitaire aux anticorps, combien de temps le vaccin est censé protéger et dans quelle mesure. Malheureusement, à mesure que le nombre de ponctions augmente chez les enfants le nombre de maladies chroniques augmente, on parle aujourd'hui d'allergies au tsunami, de problèmes de l'appareil digestif, d'épilepsie, de diabète.

J'admets que je voulais juste "regarder" ce qui se passait pendant le débat, mais après les premières minutes, je n'ai pas eu le courage d'arrêter de regarder. J'ai passé plus de trois heures devant l'écran de l'ordinateur. Ils m'ont fait peur histoires de parents d'enfantsqui ont souffert après la vaccination, informations sur la déclaration NOP par sept médecins indépendants, ce qui n’était pas une preuve suffisante pour que Sanepid puisse inscrire NOP au registre, tentatives de manipuler et de falsifier des dossiers médicaux, refus de soutien et de traitement, démenti des faits, contact avec diverses institutions (hôpitaux, cliniques, bureaux), acceptant qu'il n'y avait pas de NOP, uniquement pour que personne ne prenne la responsabilité de la situation.

très le début du discours du député Wipler a retenti, Il a souligné qu'il disposait d'éléments de preuve indiquant que la "récente peur de l'opinion publique avec une supposée pandémie de rougeole" était en réalité une opération de commercialisation de produits pharmaceutiques préparée par le souci de créer une base adéquate avant d'introduire de nouvelles vaccinations en Pologne.

Le plus grand avantage de ce débat se situe ailleurs - grâce à cette réunion, les Polonais ont pu constater que les "fous" et les "anti-vaccins" sont de véritables personnes, terriblement blessées, très attristées par l'état de l'État et déçues par le service de santé, exprimant leur sentiment et souvent malgré le temps , souvent d’événements tragiques, avec de grandes émotions. L’attitude du "pouvoir" est également significative, car ses représentants ont non seulement quitté la salle plusieurs fois, et étaient susceptibles de répondre à des appels importants, mais ils ont également présenté un contenu de faible niveau, souvent évasif et sans spécificité.

Je vous invite à regarder et à vous faire votre propre opinion:

//sejm.gov.pl/Sejm7.nsf/transmisje_arch.xsp?unid=0A9CDA6763C337FDC1257EC000218CD3